7 Mai 2015

Agence Spatiale Européenne

L’Agence spatiale européenne (ASE), également désignée sous son acronyme anglais ESA (European Space Agency), est une agence spatiale intergouvernementale coordonnant les projets spatiaux menés en commun par une vingtaine de pays européens.

élaboration du programme spatial

Les lignes directrices du programme spatial de l'agence sont validées par le Conseil de l'Agence spatiale européenne qui se réunit à une fréquence déterminée par les décisions à prendre. Le Conseil est constitué par un représentant de chaque État membre. Pour les prises de décision stratégiques, généralement une fois tous les deux à trois ans, le Conseil est constitué des ministres exerçant la tutelle de l'activité spatiale dans leur pays.

Chaque état membre dispose d'une voix, quelle que soit sa taille ou sa contribution financière. Ce droit de vote ne s'applique pas lorsque l'objet de la décision porte sur un programme facultatif auquel le pays ne participe pas.

Le Conseil élit pour deux ans un président et des vices-présidents chargés de préparer les travaux et d'assurer la liaison avec les états membres et les membres de l'agence spatiale.

Les pays membres de l'ESA

  • Allemagne,
  • Autriche,
  • Belgique,
  • Espagne,
  • Finlande,
  • France,
  • Grèce,
  • Irlande,
  • Italie,
  • Luxembourg,
  • Norvège,
  • Pays-Bas,
  • Pologne,
  • Portugal,
  • République tchèque,
  • Roumanie,
  • Royaume-Uni,
  • Suède,
  • Suisse,

 La Charte PECS (Plan for European Cooperating State) a pour objectif de préparer sur une période de 5 ans des pays européens désireux de devenir membre de l'agence en accroissant leur expertise dans le domaine de la recherche et du développement ainsi que sur le plan industriel. La Hongrie (2003), l'Estonie (2009) la Slovénie (2010) la Lettonie (2013) et la Lituanie (2014) font partie du PECS.

 D'autres États, européens ou non, ont conclu des accords de coopération : Ukraine (2008), Turquie (2004), Chypre (2009), Slovaquie (2010), Israël (2011) et Malte (2012). Enfin le Canada situé en dehors de l'Europe a depuis la création de l'agence spatiale un statut un peu à part en tant que membre associé

Programme obligatoire

Les projets de missions scientifiques font partie du programme obligatoire. Un projet de mission scientifique est sélectionné après avoir franchi les phases suivantes :

  • Appel à Idées : durant cette phase les communautés scientifiques sont sollicitées pour soumettre des propositions de mission. Les propositions font l'objet d'une évaluation par les pairs qui aboutit à une première sélection.
  •  Phase d'évaluation : Quatre missions au maximum sont sélectionnées par le Science Programme Committee. Chaque équipe détaille avec des ingénieurs de l'ESA la charge utile. La valeur scientifique et la faisabilité de la mission sont évaluées. Une des quatre missions est alors sélectionnée par le Space Science Advisory Committee.
  •  Phase de définition : Les coûts et le planning de la mission sont définis. Les partenaires à qui doivent être confiés le développement des instruments sont choisis.
  •  Phase de développement : durant cette phase, le projet est développé avec les industriels sélectionnés et mis en œuvre.

Programme Cosmic Vision

Le programme Cosmic Vision est initié en avril 2004 pour identifier les missions à lancer au cours de la décennie 2015-2025. Il prend la suite des programmes Horizon 2000 (1984) et Horizon 2000 Plus (1994-1995) à l'origine des missions scientifiques lancées entre 1990 et 2014

Programme Aurora

Le programme Aurora est une série de missions spatiales ayant pour but l'étude du système solaire et en particulier de la planète Mars. Il vise notamment à élaborer une mission habitée vers Mars dans les années 2030.

Programme facultatif

Programme Living planet

Les missions d'observation de la Terre, regroupées au sein du programme Living Planet constituent le domaine d'activité le plus important de l'agence : il absorbe 28,3 % du budget (2015) soit 1254,3 millions €26. Il regroupe des satellites spécialisés orientés vers la recherche et des satellites tournés vers la collecte de données dont font partie les satellites météorologiques