17 Mai 2013

30% de la montée du niveau des mers entre 2003 et 2009 est due à la fonte des glaciers

La part des glaciers dans la hausse du niveau marin reste débattue, notamment car elle n’a pu jusqu’alors être estimée qu’à partir d’un nombre limité de glaciers suivis sur le terrain.

Une équipe internationale, à laquelle participe un glaciologue du CNRS travaillant au Laboratoire d’études en géophysique et océanographie spatiales (LEGOS/OMP, CNRS / UPS / CNES / IRD), propose une estimation plus fine de leur perte de masse entre 2003 et 2009 grâce aux observations de deux missions satellitaires (GRACE et ICESat). Ces travaux indiquent que les glaciers sont responsables de 30% de la hausse du niveau des mers pour cette période faisant ainsi jeu égal avec les calottes antarctique et groenlandaise réunies.

La contribution des glaciers à la hausse du niveau marin est traditionnellement estimée en extrapolant des mesures de terrain du bilan de masse glaciaire, mesures limitées pour des raisons logistiques à quelques dizaines de glaciers à la surface du globe.

Mais il reste à démontrer que cet échantillon réduit de glaciers, suivi depuis 5-6 décennies sur le terrain, est représentatif de l’ensemble des plus de 200 000 glaciers de la planète.

Sur une région difficile d’accès comme l’Himalaya, les travaux récents des équipes françaises (15/04/2012 et 25/03/2013) ont ainsi mis en évidence que les trop rares mesures de terrain semblaient surestimer les pertes de masse des glaciers.

La période 2003-2009 a vu cohabiter en orbite deux satellites (ICESat et GRACE) qui estiment, indépendamment des relevés de terrain, les pertes de glace pour les principales régions englacées du globe. Les mesures de ces deux satellites concordent sur l’ensemble des régions où les surfaces couvertes par les glaciers sont importantes.

Les régions qui contribuent le plus fortement à la hausse du niveau marin sont l’Arctique canadien, l’Alaska, les glaciers périphériques à la calotte groenlandaise et la Patagonie. En revanche, les glaciers en périphérie, mais distincts, de la calotte Antarctique, bien qu’ils occupent une vaste superficie (133 000 km2 soit 18 % du total des glaciers) ont connu des pertes plutôt modérées au cours de ces 6 années. Pour les régions où l’englacement est faible (Alpes, Norvège, Ouest canadien), les données de ces deux satellites sont mal résolues et les données de terrain restent les plus fiables.

Même s'il existe une forte variabilité géographique, toutes les régions du globe enregistrent des pertes. Au total, les pertes de masse des glaciers s’élèvent à 260 Gigatonnes par an en moyenne entre 2003 et 2009 ce qui équivaut à 0,72 mm par an de hausse du niveau des mers. Pendant cette même période, le niveau marin s’est élevé lui d’environ 2,5 mm par an.

Ces nouvelles mesures satellitaires montrent que l’extrapolation à tous les glaciers du globe des mesures de terrain conduit dans la plupart des régions à une surestimation des pertes pour la période 2003-2009. Mais cette période reste courte du point de vue climatique.

Références de l'article

A Reconciled Estimate of Glacier Contributions to Sea Level Rise: 2003 to 2009. Gardner, A. S.1 2, Moholdt, G.3, Cogley, J. G.4, Wouters, B.5 6, Arendt, A. A.7, Wahr, J.5 8, Berthier, E.9, Hock, R.7 10, Pfeffer, W. T.11, Kaser, G.12, Ligtenberg, S. R. M.13, Bolch, T.14 15, Sharp, M. J.16, Hagen, J. O.17, Van den Broeke, M. R.13, and Paul, F.14Science, 17 mai 2013.

1 Graduate School of Geography, Clark University, Worcester, MA 01610, USA.
2 Department of Atmospheric, Oceanic and Space Science, University of Michigan, Ann Arbor, MI 48109, USA.
3 Institute of Geophysics and Planetary Physics, Scripps Institution of Oceanography, La Jolla, CA 92093, USA.
4 Department of Geography, Trent University, Peterborough, Ontario K9J 7B8, Canada.
5 Department of Physics, University of Colorado at Boulder, Boulder, CO 80309, USA.
6 Bristol Glaciology Centre, School of Geographical Science, Bristol BS8 1SS, UK.
7 Geophysical Institute, University of Alaska Fairbanks, Fairbanks, AK 99775, USA.
8 Cooperative Institute for Research in Environmental Sciences, University of Colorado at Boulder, Boulder, CO 80309, USA.
9 Centre National de la Recherche Scientifique, Université de Toulouse, LEGOS, 14 Avenue E. Belin, 31400 Toulouse, France.
10 Department of Earth Sciences, Uppsala University, SE-751 05 Uppsala, Sweden.
11 Institute of Arctic and Alpine Research, University of Colorado at Boulder, Boulder, CO 80309, USA.
12 Institute of Meteorology and Geophysics, Universität Innsbruck, A-6020 Innsbruck, Austria.
13 Utrecht University, Institute for Marine and Atmospheric Research Utrecht, 3508 TA Utrecht, Netherlands.
14 Department of Geography, University of Zurich, CH-8057 Zurich, Switzerland.
15 Institut für Kartographie, Technische Universität Dresden, D-01062 Dresden, Germany.
16 Department of Earth and Atmospheric Sciences, University of Alberta, Edmonton, Alberta T6G 2E3, Canada.
17 Department of Geosciences, University of Oslo, Box 1047 Blindern, N-0316, Oslo, Norway.

Contacts

Texte initialement paru sur le site de l'INSU

 

Voir aussi

Publié dans : 
Pour les cibles : 
A propos de :