27 Octobre 2011

L’astéroïde Lutetia, un petit morceau de Terre

Une étude réalisée à l’aide de données obtenues par la sonde Rosetta de l’ESA a permis d’établir que l’astéroïde Lutetia serait un survivant de la formation de la Terre et aurait été éjecté vers la ceinture d’astéroïdes lors de la formation des planètes rocheuses.

Un composant d’origine de la Terre

L’astéroïde Lutetia (le mot latin désignant Paris à l’époque romaine) est depuis longtemps considéré comme atypique dans la ceinture d’astéroïdes.

« Les quelques données acquises sur Lutetia depuis des télescopes au sol et comparées avec d’autres astéroïdes indiquaient déjà que Lutetia était différent » explique Francis Rocard, responsable des programmes d’exploration du Système Solaire au CNES.

Grâce au survol de l’astéroïde l’année dernière par la sonde Rosetta de l’ESA à laquelle participe le CNES, ainsi qu’au données obtenues grâce à des télescopes de la NASA et de l’ESO, des astronomes ont pu comparer les caractéristiques du mastodonte de 100 km de diamètre avec celles de météorites sur Terre. Un seul type de météorite bien particulier correspond à Lutetia : les chondrites à enstatite. Or ces météorites semblent s’être formées près du jeune Soleil, et avoir contribué fortement à la formation des planètes Mercure, Venus, ainsi que la Terre.

Lutetia serait donc un survivant du matériau d’origine de la Terre, et proviendrait du Système Solaire intérieur. « Mais ce schéma ne correspond pas au schéma de formation de la majorité des astéroïdes de la ceinture d’astéroïdes, ce qui pose la question de savoir comment Lutetia est arrivé là » indique Pierre Vernazza (ESO), l’auteur de l’étude.

Billard cosmique

Peu d’objets ont survécu à la formation des planètes intérieures, qui ont « nettoyé » leurs orbites de débris en absorbant ceux-ci. Cependant, certains objets ont pu être éjectés par les forces gravitationnelles exercées par les planètes dans cette région à cette époque.

« Le jeune Système Solaire a connu une période compliquée où de nombreux effets gravitationnels entraient en jeu » ajoute Francis Rocard. Les forces exercées par les jeunes planètes sur Lutetia pourraient expliquer son éjection vers la ceinture d’astéroïdes.

« Lutetia semble être le plus gros, et un des très rares, survivants connus à ce jour de la formation des planètes rocheuses. Ce serait une cible idéale pour une mission de retour d’échantillons » conclut Pierre Vernazza.

Voir aussi

Publié dans : 
Pour les cibles :